Home Politique Grand dialogue national : l’illusion d’une symphonie d’unanimités ?
Politique - 4 semaines ago

Grand dialogue national : l’illusion d’une symphonie d’unanimités ?

Depuis l’annonce du Grand dialogue national, il y a une semaine, on observe une unanimité de la communauté nationale et même internationale. Qu’en est-il des agendas des différents acteurs ? C’est le pan de voile maléfique.

Au niveau de la communauté nationale, une symphonie d’unanimités des partis politiques, de la société civile et du Camerounais lambda, est poignante. De même, de l’autre côté de l’Atlantique ou de la Méditerranée, c’est le même refrain de satisfaction qui tourne en boucle. Surprenant ! Aucune fausse note fracassante n’est venue troubler cette sérénité affichée, quasiment une originalité dans les habitudes camerounaises.

Une société où seule l’équipe nationale de football a pu un temps susciter l’unanimité nationale par ses victoires indéniables. Comment comprendre que les Camerounais regardent subitement vers la même direction ? Tout va dans le même sens comme tous les fleuves qui vont toujours à la mer au point où même, le Cardinal Christian Tumi a donné lui aussi son onction de bénédiction. Lui, « le prêtre opposant invétéré ».

Le Grand dialogue national convoqué par Paul Biya, à première vue ressemble à une pluie bienfaisante qui viendra rafraîchir le Cameroun après trois ans de « sécheresse » intense dans le Noso, ou un peu plus partout ailleurs dans le Triangle national. Le Chairman Ni John FruNdi, à partir des Etats-Unis où il est en congé, a donné lui aussi son satisfécit, tout en souhaitant un plein succès à Joseph Dion Ngute et à toute son équipe pour mener à bien ce Grand dialogue.

Il a en gentleman avéré, avalé sa déception que le chef de l’Etat ne l’honore pas en lui confiant les manettes du Grand dialogue national. Pour l’heure, les parties qui sont en prison, le Mrc et ses alliés, les leaders ambazoniens, n’ont pas manifesté une opposition connue. Il y a eu des groupes armés qui ont dit la semaine dernière, un niet qui semble plus dans la forme. Tout comme au sein du Rdpc et ses alliés, on ne finit plus de magnifier l’initiative présidentielle.

Une cascade de consultations

La grande porte des conce tâtions est ouverte. NdionNgute n’en aura plus que pour les réceptions. C’est officiel depuis hier après une phase où il détenait seul le calendrier. Un programme à cet effet a été publié hier par ce dernier. On apprend ainsi que de ce jour jusqu’au vendredi 27 septembre prochain, une foultitude de personnes morales et physiques seront reçues à l’immeuble Etoile pour dévisser avec le ChiefNgute.A lire aussiCameroun – Louis Paul Motaze: « Paul Biya est un envoyé de Dieu, qu’on ne se trompe pas »

Aujourd’hui, il va recevoir les institutions, à l’exemple du Secrétaire général du Comité central du Rdpc à partir de 14 heures et 30 minutes ; par la suite ce seront le Conseil national de la jeunesse et l’Union des journalistes du Cameroun. Demain, à partir de 9 heures, ce sera le bal des partis politiques. C’est l’Undp qui sera au peloton de tête, puts enchaîneront, l’Upc, le Mrc, le Frise, l’Udp, Mdr, l’Andp et les autres partis politiques. Le jeudi, le Pm recevra les leaders d’opinion, à l’exemple de Cabrai Libii, Joshua Osih, GargaHaman Hadji, NdiforAfanwi Franklin, Serges Espoir Matomba, AkéréMuna et le Cardinal Christian Tumi.

Le vendredi il recevra le clergé, syndicats et associations. Il commencera à 9h par le président de la Conférence épiscopale de l’Eglise catholique, le président de la Conférence musulmane, le président de le conférence des églises protestantes, le Bureau exécutif du conseil national des chefs traditionnels, les syndicats (des enseignants, des transporteurs urbain et interurbains), les associations (des femmes buyamsellam, des commerçants).

Le samedi 21, ce sera le tour des chambres consulaires, du secteur privé et des ordres nationaux universitaires. Ainsi seront reçus dès 9 heures la Ccima, la Capef, le Gicam, Ecam, Mecam, Syndustricam ; après viendront, Apecam, les présidents des ordres nationaux des avocats, huissiers de justice et notaires ; président des ordres nationaux, des médecins, pharmaciens et des infirmiers, présidents de la conférence des recteurs des universités.

Le Lundi 23 septembre, fe Pm recevra dès 9 heures, les délégations régionales et municipalités. Aux délégations s’ajouteront le président de l’association des Villes unies du Cameroun et les Délégués du gouvernement auprès des communautés urbaines. Le Mardi 24, il enchaînera avec les chefs de missions diplomatiques et autres organismes internationaux. A 9 heures, l’Ambassade des Etats-Unis va ouvrir le bal.

Après ce seront, la Grande Bretagne, l’Ambassadeur d’Allemagne, le Haut-Commissaire du Canada, l’Ambassadeur du Japon, l’Ambassadeur de Russie, Ambassadeur, chef de la mission européenne, Ambassadeur du Gabon, Doyen du Corps diplomatique ; Mgr Julio Murat, le Nonce apostolique ; la Coordinatrice du système des Nations Unies, le Directeur de International crisis group, Nw et SwWomentask force. Le vendredi 27, ce sera la clôture avec d’éventuelles concertations.A lire aussiBuea : après la mutinerie à la prison, l’avocat des détenus réclament une bonne prise en charge de ses clients

Des agendas cachés ?

En lisant ce programme, on se rend compte qu’un acteur majeur comme l’Ambassadeur de France ne sera pas au rendez-vous ! On va rétorquer que l’Ambassadeur, chef de la mission européenne étant conviée, la France n’est pas obligée d’être là. Ce à quoi on peut opposer la présence de l’Ambassadeur dé l’Allemagne.

La France se met-elle en retrait parce qu’au sein de l’opinion elle est accusée d’être le soutien acharné du chef de l’Etat ? Personne n’est dupe sur la question car l’absence de la France fait grand bruit. Toutefois, il appartient aux acteurs camerounais, au moment du déroulé du Grand dialogue de prendre des décisions importantes sur leur avenir. Alors, que veulent les différentes parties, s’il est vrai que la symphonie se fait rapidement autour de la tenue de cette glande messe ? Les agendas sont-ils aussi en symbiose ?

Le chef de l’Etat a donné un tour de vis et désormais on sait que tout se discutera dans le cadre de la constitution. Il est fort à parier que dans la salle des échanges, des voies les plus discordantes vont se lever. On peut comprendre qu’une nation quasiment asphyxiée par le conflit dans le Noso, une crise sociopolitique avérée, et des foyers multiples de tensions, accepte d’une même voix de se réunir autour d’une table.

Cela n’a de sens que si on laisse le soin à chaque acteur de donner libre cours à ses griefs contre le vivre ensemble. C’est dire combien, il faudra a Dion Ngute et son équipe d’être armés de patience pour enregistrer tout, pour écouter. Après cette’phase où les uns et les autres vont écumer leur colère, il va falloir trouver le consensus, le juste milieu pour ne pas décevoir les uns et les autres. Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Mrc : le « Plan national de résistance » maintenu

Le président du parti, Maurice Kamto, promet l’accentuation des manifestations dans les fo…