Home Politique Washington DC : la police américaine rejette les appels de l’ambassade de France visant à arrêter les manifestants anti-Paul Biya
Politique - mai 22, 2019

Washington DC : la police américaine rejette les appels de l’ambassade de France visant à arrêter les manifestants anti-Paul Biya

La police de Washington DC, capitale fédérale des États-Unis d’Amérique, a rejeté une demande de l’ambassade de France visant à renvoyer des manifestants scandant des chansons anti-Paul Biya devant l’ambassade, rapporte le site d’information National Telegraph.

Des membres de la brigade anti-sardinards – BAS, un groupe pro-Kamto, se seraient réunis à l’Ambassade de France au 4101 Reservoir Road, au nord-ouest de Washington, DC, aux États-Unis, lundi 20 mai 2019 pour manifester leur dédain pour le Cameroun

Selon des reportages, alors qu’ils scandaient des chansons de protestation, portant des pancartes décrivant Paul Biya, le président du Cameroun, comme un meurtrier et un dictateur, des éléments de la police de Washington DC se sont présentés sur les lieux, à la demande de l’ambassade de France.

Notre source a ajouté que l’ambassade avait appelé la police dans l’espoir que les manifestants seraient expulsés de l’arène. Au lieu de cela, la police a autorisé la manifestation au motif que les personnes impliquées avaient dûment reçu un permis conforme à la loi.

Un participant à la manifestation a déclaré qu’il manifestait contre le régime de Biya, qui a utilisé l’armée pour tuer des milliers de personnes dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ajoutant que le choix de l’ambassade de France pèse sur le fait que Le président Emmanuel Macron pourrait soutenir le carnage qui se déroule au Cameroun.

Des balles réelles corroborant celles du bataillon d’intervention rapide, une unité spéciale de l’armée camerounaise connue sous le sigle BIR, ont été retrouvées à maintes reprises sur des civils innocents chaque fois qu’ils sont tués.

En octobre 2016, un désaccord linguistique a provoqué des agitations dans les deux régions anglophones, mais le gouvernement l’a mal gérée, le transformant en un conflit armé suscité par la demande majoritaire d’anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest d’un État séparé appelé “Ambazonia”.

La BAS s’est également réuni pour protester contre ce qu’ils décrivent comme un hold-up électoral et pour demander la libération du professeur Maurice Kamto, président du principal parti politique d’opposition camerounais, le Mouvement de la Renaissance du Cameroun (MRC), officiellement inculpé sous huit (8) chefs d’accusation. y compris la peine de mort.

Kamto a participé aux élections présidentielles du pays contre le président sortant Paul Biya et a déclaré qu’il avait gagné. Il a ensuite contesté les résultats au Conseil constitutionnel du pays où la décision du Conseil avait été considérée par beaucoup de Camerounais comme une ictère.

Kamto pense que la Commission électorale a imputé des chiffres favorables au président sortant, notamment à la suite du boycott des élections dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ensevelies dans un conflit armé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

AYISSI NGA Joseph-Marie alias JJ DU STYLE est un créateur de vêtements .

AYISSI NGA Joseph-Marie alias JJ DU STYLE est un créateur de vêtements Streets chics de na…