Home Politique Diaspora: le Code organise une opération Fêtes mortes dans les Ambassades du Cameroun
Politique - 2 semaines ago

Diaspora: le Code organise une opération Fêtes mortes dans les Ambassades du Cameroun

Ladite opération doit se tenir le 20 mai prochain, jour de célébration de la Fête nationale de l’Unité.

Dans le communiqué produit par le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora (Code), on apprend que cette opération vise à dénoncer un certain nombre de pratiques observées au pays. Notamment le Code parle des marches du 26 janvier 2019 organisées par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc).

«Nous avons également vu à Douala, la «marche blanche» du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) tourner à l’émeute le samedi 26 janvier dernier, des tirs de gaz lacrymogènes et de balles réelles ayant meublés la manifestation pacifique d’un groupe de militants de ce parti. Depuis lors, plus de 200 personnes, dont la majorité sont des partisans du MRC, sont actuellement en détention suite aux manifestations du 26 janvier.

Cet énième acte de répression des manifestants à mains nues est un rappel permanent que rien n’a changé depuis 1955 au Cameroun et constitue par ce fait, une démonstration de plus de la nature véritable du régime de Monsieur Biya qui, s’attaque violemment à tous ceux et celles qui remettent en cause les fondements et la gestion de son pouvoir», peut-on lire dans le dit communiqué qui date du 7 mai 2019.

Le Code parle aussi de la crise socio politique qui sévit dans les régions anglophones. «Dès les débuts de ce que nous appelons aujourd’hui la crise anglophone au Cameroun, nous avons invité instamment le gouvernement de la république du Cameroun habitué à la sourde oreille face aux revendications populaires à promouvoir le processus du dialogue.

Face à sa sourde oreille, la situation s’est envenimée sur le terrain avec des abus divers. Face à la terreur entretenue par les hommes en tenues dans le NOSO (Nord-Ouest/ Sud-Ouest) de nombreux citoyens ont rejoint les groupes armés, donnant ainsi à leurs revendications, un caractère général avec au finish l’enregistrement des dégâts matériels importants», écrit le Code, qui rapporte qu’après vingt mois d’affrontements, selon des ONG, il y a plus de 1 850 morts, 530 000 déplacés internes et 35 000 réfugiés au Nigéria voisin.

Par la Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Washington DC : la police américaine rejette les appels de l’ambassade de France visant à arrêter les manifestants anti-Paul Biya

La police de Washington DC, capitale fédérale des États-Unis d’Amérique, a rejeté une dema…