Home Politique Cameroun : Biya fait sensation dans un tweet qui appelle au pardon national
Politique - mai 8, 2019

Cameroun : Biya fait sensation dans un tweet qui appelle au pardon national

Au Cameroun, alors que l’opposition appelle au dialogue inclusif, le président Biya lance un appel au pardon national.

L’appel au pardon national du chef de l’Etat camerounais a été lancé dans un tweet bilingue écrit en français et en anglais, les deux langues officielles du pays.

De tous les tweets du président camerounais, celui sur le pardon national daté du mardi 7 mai 2019 est parmi les plus médiatisés.

Le tweet en français a reçu 165 retweets et 589 mentions « J’aime » en moins de 24 heures.

« L’important, aujourd’hui, est de pardonner et d’oublier, de tendre ensemble vers un but commun. Nous ne pouvons, à la fois, regarder l’avenir et vivre au passé. Le pardon mutuel est le chemin qui conduit vers la paix durable », écrit Paul Biya dans son tweet.

« Ce sont les meilleurs mots que vous ayez prononcés depuis que votre crise a éclaté en 2016, et si nous les mettons tous ensemble à l’action, la paix régnera au Cameroun. » écrit un internaute en guise de réponse au président.

En anglais, le même tweet qui pourrait laisse entrevoir la libération des opposants interpellés depuis le 28 janvier, a eu 42 retweets et 179 mentions « J’aime ».

L’appel au pardon national émis par le chef de l’Etat camerounais intervient 13 jours avant la célébration de la 47e édition de la fête nationale prévue le 20 mai 2019 et 72 heures après la visite au Cameroun de Michelle Bachelet, haut-commissaire aux droits de l’homme de l’Onu.

Sur le même sujet, le Premier ministre camerounais a prescrit mardi, l’intensification des activités liées au Plan d’assistance d’urgence humanitaire et l’accélération du déploiement des Centres régionaux du Comité national de désarmement de démobilisation et de réintégration (CNDDR créé le 18 novembre 2018 par le président Biya.)

Les opérations militaires se poursuivent sur le terrain dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest secouées depuis fin octobre 2016 par la crise anglophone qui a déjà fait plus de 152 mille déplacés internes selon le gouvernement et 530 mille selon Human Rights Watch (HRW).

Toujours selon l’ONG, 1850 personnes ont perdu la vie dans ce conflit en 20 mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Le Canada s’inquiète de l’escalade de la violence en zone anglophone et de l’arrestation des militants MRC

Les autorités d’Affaires mondiales du Canada, une institution qui gère les relations diplo…