Home Politique Cameroun : la détention de l’opposant Maurice Kamto est « illégale », selon son avocat
Politique - février 9, 2019

Cameroun : la détention de l’opposant Maurice Kamto est « illégale », selon son avocat

L’opposant au président Paul Biya avait été arrêté fin janvier, après des manifestations de ses partisans pour dénoncer des « fraudes » survenues lors de l’élection présidentielle d’octobre 2018.

« L’arrestation [de Maurice Kamto] était illégale. Sa garde à vue l’est aussi », a affirmé son avocat, Sylvain Souop, avant de demander « que M. Kamto et tous les autres soient libérés ». Fin janvier, le préfet du département du Mfoundi, où se trouve la capitale Yaoundé, a signé une décision ordonnant sa garde à vue administrative, renouvelable 15 jours.PUBLICITÉ

Mais selon son avocat, aucune copie de cette décision n’a été notifiée à l’opposant, pour qui ce manquement constitue « une violation de la loi ». De plus, estime Me Souop, une décision administrative ne se justifie pas dans une procédure pénale.

« Des souris » dans la cellule de Maurice Kamto

Maurice Kamto a été interpellé le 28 janvier dans la capitale économique Douala, puis transféré à Yaoundé. Depuis, il est gardé à vue au Groupement spécial d’opérations (GSO), unité d’élite de la police, où il dort sur « un matelas jeté à même le sol », cohabitant « avec des souris », selon Me Souop. L’opposant fait l’objet d’une enquête pour huit infractions, dont « rébellion » et « incitation à l’insurrection ».


>>> À LIRE – Cameroun : plusieurs militants du MRC blessés au cours d’une marche à Douala


Arrivé deuxième lors de la présidentielle d’octobre, l’opposant conteste toujours les résultats officiels. Le 26 janvier, des militants de son parti, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), avaient manifesté dans plusieurs villes camerounaises pour protester contre un « hold-up électoral ». Ces manifestations avaient été réprimées par la police : au moins six protestataires avaient été blessés.

200 personnes toujours détenues

Selon le MRC, 200 personnes arrêtées après ces manifestations sont toujours détenues à Yaoundé. « Est-ce que le fait de marcher peut vous valoir une détention ? », s’est interrogé Me Souop. « Un jour, on va vous arrêter dans ce pays parce que vous avez respiré. C’est une dictature », a-t-il regretté.

Certaines personnes arrêtées, dont Alain Fogué, trésorier du parti, ont entamé il y a une semaine une grève de la faim. Parmi les autres gardés à vue figure également un jeune militant du MRC, Gaëtan Ngankam. Une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux montre un policier lui tirant dessus avec ce qui semble être une balle en caoutchouc, avant de lui intimer l’ordre de se lever et de marcher.

À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Washington DC : la police américaine rejette les appels de l’ambassade de France visant à arrêter les manifestants anti-Paul Biya

La police de Washington DC, capitale fédérale des États-Unis d’Amérique, a rejeté une dema…